Amour des Cimes, regards et réflexions croisés

 

" La montagne nous offre le décor .... A nous d'inventer l'histoire qui va avec !"

Nicolas Helmbacher

"Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage et minéral. Cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent".

"Bien grimper, gravir des sommets, mais en même temps, peu à peu, se sentir à l'unisson de l'altitude. Respirer comme la neige, le rocher, les nuages, les vents. … l'ascension n'a jamais été besogneuse, mais légère et inspirée, comme une belle trajectoire. Le vrai plaisir, à la fois élégant et solide c'est de grimper dans un monde où l'on est accordé". Gaston Rébuffat

"Un sommet n'est le terme qu'en apparence et le chemin vrai n'a de sens que s'il mène au coeur de soi". Michel Deshorbay

L’empreinte des hommes sur la nature

Par Pierre Béghin, alpiniste et himalayiste grenoblois

« Descendant du K2, j'ai rejoint des altitudes plus clémentes. Hors de danger, je découvre la montagne avec un regard neuf.

Sur le chemin du retour, à mon euphorie du succès, se mêlent bientôt l'inquiétude et la tristesse. Un peu partout aux abords des camps de base, sur les moraines des glaciers, dans les rares oasis d'altitude, je découvre les déchets abandonnés sans vergogne par les uns et les autres. La végétation fragile qui s'accroche ici ou là, est menacée de disparition : coupe de bois pour les feux de camp; piétinement répété des zones herbeuses; destruction de bosquets...

Cette dégradation de l'environnement est d'autant plus choquante qu'il serait facile pour chacun d'effacer les traces de son passage. Juste un petit effort!

En haute altitude, certaines expéditions n'hésitent pas à laisser sur la montagne une grande partie de leurs équipements. Pour les suivants, si le chemin est tout tracé, l'aventure en revanche perd beaucoup de son parfum.

Nous sommes tous concernés par cette situation : les alpinistes et les randonneurs; les responsables d'agences de voyage ou d'associations sportives; les guides; les habitants des pays d'accueil enfin...

Il importe pour l'équilibre émotionnel de l'homme, que subsiste la "Wilderness", ces espaces sauvages de la planète où l'on a encore la liberté de s'égarer, de se mesurer à une nature intacte sans que ce soit pour l'abîmer ou l'aménager; ces espaces du rêve pour les générations qui viendront.

Sachons qu'au-delà de ces crêtes, de ces déserts ou de ces forêts du bout du monde il n'y a plus "d'inaccessible" à imaginer. A la surface du globe, personne n'ira explorer plus loin.

Comme l'Antarctique ou l'Amazonie, le "Toit du monde" représente l'un des grands patrimoines de l'humanité. Sa sauvegarde est un devoir et une nécessité pour tous ».


Le coin des littéraires et de ceux qui veulent en savoir plus  !

Nous vous conseillons la lecture de ces fabuleux ouvrages :

 

"Hautes altitudes, voyage dans l'oxygène rare"

Pierre Beghin, alpiniste et himalayiste grenoblois - Editions Didier Richard - 1991

 

"La montagne est mon domaine"

Gaston Rébuffat -   Editions Hoëbeke

 

"Les hauts lieux"

Michel Desorbay, alpiniste rhonalpin - Editions de Belledonne - 1995 - 2003

 

"les Pierres d'angle"

Michel Desorbay - Editions de Belledonne - 2001